L'époque contemporraine

Comme de très nombreux villages, Montgaillard connu les exodes ruraux. Le premier se situe quelques années après la guerre de 14-18 qui avait fauché une partie de la jeunesse villageoise et la seconde dans la période suivi la modernisation des pratiques agricoles des années 60.

Le remembrement des terres fut évité sur la commune en proposant des échanges à l'amiable ainsi quelques parcelles furent échangées. En 1986 l'achat de quelques chemins ruraux menant à des enclaves fut proposé par la municipalité en préservant les sentiers pouvant servir à des activités de loisir.

Les recensements de la population nous montrent qu'entre 1921 et 1969, Montgaillard est passé de 234 à 129 habitants. Cette chute démographique se prolongera jusqu'à l'aube du XXIe siècle en descendant à 69 habitants en 1999.

Le nouveau siècle verra cette courbe s’infléchir sous l'action d'un projet que la municipalité allait mener : Définir de nouveaux espaces sur la commune afin de permettre l'obtention de certificats d'urbanisme. Ce projet fut bâti autour de la configuration particulière de la commune, en effet Montgaillard trouve son originalité dans son cœur médiéval et ses six hameaux que sont , Bourdettes et Caillabets, Pitenac, Escarbouès, Montsempey , Moussunot et le lieu-dit Jean Sernin sur la route du Casteron.

À partir de 2005 et sur les quinze années qui suivirent, ce sont une vingtaine d’ habitations qui furent bâties amenant à la commune une population plus jeune avec ou sans enfant ainsi que quelques retraités.

Cette répartition équilibrée de nouveaux arrivants sur la commune permis d'éviter la reproduction de lotissements comme cela s'observe sur des villages de la grande périphérie toulousaine. À ce jour, le dernier recensement de la population relève 148 habitants dont une vingtaine d' enfants scolarisés.

 

Église

L'Église du XIXe siècle de style néo-gothique fut dédiée à St Séverin.

Un chantier de plusieurs mois fut nécessaire en 2013 afin de restaurer les peintures et les fresques présentes dans l'église. Une entreprise toulousaine (Ateliers d'Autan) fut sollicitée pour réaliser ce minutieux travail de plusieurs mois dans la nef et les chapelles.

 

Salle des fêtes

Suite à la fermeture de l'école en 1982 , la salle de classe et le préau furent réhabilités puis le préau agrandi en 1986 , celui ci fut enfin fermé par de larges baies vitrées (entreprise Piovan à Agen). L'espace réservé aux activités festives a été agrémenté par l'achat en 2018 d'un terrain jouxtant la salle des fêtes. Ce terrain a permis entre autre la mise en place d'un parking aux abords du village. Cet espace répond à l'attente des participants aux fêtes et animations ainsi qu'aux nombreux randonneurs pédestres qui choisissent le village comme point de départ. Des aménagements, dont un point d'eau permettent à présent d'accueillir les marcheurs.

Chemins de randonnée

Montgaillard fut un villages pilote choisi dès 1994 pour s'investir dans le tracé et l'officialisation des chemins de randonnées. Des démarches parfois compliquées et des négociations auprès de propriétaires bordant les chemins permirent de présenter un maillage de six chemins et sentiers qui relient le village à présent plusieurs communes du canton, le circuit de la chêneraie a été ouvert en 1997. La fréquentation de ces sentiers peut s'expliquer par la diversité des paysages, fait d' espaces boisés sauvages, de parcelles cultivées et de lacs collinaires.

Le lac de Teulière

Création en 1989 du lac collinaire de la Teulière. Un site validé par le conseil général fut un chantier suivi et réalisé par la DDA et la SOREZ de Toulouse. Une association syndicale autorisée gère l'ensemble. Une borne fut installée pour l'arrosage du village et une prise d'eau pour les pompiers au lieu dit Teulière.

Mairie

au début des années 70, l’ancienne mairie fut remplacée par un nouvel édifice réalisé par les entreprises Bordarie et Louvard. Le bâtiment comporte un étage avec un appartement que la municipalité propose à la location.

Vestiges de l'ancien château :

  • Tour d'angle du XVe siècle
  • Chemain de ronde
  • fossés

Vestiges d’un ancien moulin à vent

Vestige  d'un ancien moulin à vent au lieu-dit "Bourdettes".

Cimetière

Guerre 14-18

Le Souvenir Français a participé à la réfection de deux tombes de soldats morts pour la France.

Vestiges de l’occupation romaine

Oppidum au lieu-dit "Tuco".

Voirie

Sur le quartier des Bourdettes à l'intersection de la départementale D15, des travaux de voiries furent menés en 1988 afin d'élargir et sécuriser le passage des camions et des engins agricoles. Des démolitions de bâtiments et l'achat de terrains furent nécessaires pour mener ce projet .

Pour la petite histoire il faut noter qu'en 1983, le peloton du tour de France venant de l'étape à Fleurance se contenta de l'ancien virage étroit et étranglé avant la ligne droite vers Lavit et Roquefort sur Soulzon. Un blason rappelant la 70e édition du tour de France est affiché dans la mairie.